Opérations de police au Parc Maximilien et à la gare de Bruxelles-Nord : 11 interpellations

La Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés fait état de nouvelles opérations de police entreprises jeudi matin visant à déloger des migrants au Parc Maximilien et à la gare de Bruxelles-Nord. Selon son porte-parole Mehdi Kassou, une trentaine d’agents étaient présents au parc Maximilien et ont relevé les identité des bénévoles venus ramener des migrants. Onze personnes ont été interpellées aux alentours de la gare de Bruxelles-Nord.

Les migrants ont été chassés du parc Maximilien et à la gare du Nord, la police les attendaient avec des colsons. Onze ont été interpellés. La police a également relevé les identités des bénévoles qui a leur tour, ont demandé en vain les matricules des agents. Le ton est un peu monté et ces derniers ont menacé les bénévoles d’effacer le contenu de leur gsm ainsi que de poursuites s’ils publiaient les photos de l’action en ligne. Par ailleurs, la police a également contrôlé des personnes qui attendent de faire leur demande d’asile et qui étaient présentes sur le trottoir devant l’Office des Etrangers“, indique Mehdi Kassou.

L’Office des Etrangers confirme pour sa part l’interpellation de 11 personnes aux alentours de la gare de Bruxelles-Nord. Il s’agit de deux mineurs érythréens non accompagnés qui ont été confiés au service des tutelles et d’une femme nigériane et ses deux enfants qui se sont vu signifier un nouvel ordre de quitter le territoire. Un Égyptien, un Soudanais, trois Erythréens et un Sud-Africain ont par ailleurs été écroués en centre fermé, ainsi que deux autres personnes dont la nationalité n’a pour l’heure pas été communiquée.

Par ailleurs, selon La Libre.be, le Comité P, qui contrôle les services de police, a ouvert une enquête sur des cas de violences policière envers des migrants suite à une plainte déposée par un membre d’un collectif wallon d’aide aux migrants. L’enquête viserait entre autres des faits constatés au parc Maximilien mais aussi sur des aires d’autoroute, où les migrants tentent de monter dans des camions pour se rendre au Royaume Uni. Toujours selon le quotidien, “le Comité P n’a toutefois pas confirmé les lieux visés par l’enquête.

Reportage de Thomas DUFRANE et Yannick VANGANSBEEK, avec des images de Bruzz.

Partager l'article

18 mai 2018 - 06h30